Attestation du MOOC « Bien archiver… » : comment ça marche ?

Les titulaires de l’attestation de suivi avec succès du MOOC « Bien archiver : la réponse au désordre numérique » sont des hommes et des femmes qui se sont formés volontairement à la démarche managériale de l’archivage, à son vocabulaire et à sa méthodologie, en étudiant attentivement des dizaines de séquences de cours et de témoignages de responsables de projet ou d’expert, ainsi que plusieurs centaines de pages d’exposés et d’analyses sur le sujet (entre 20 et 25 heures de formation).

____

La deuxième session du MOOC « Bien archiver : la réponse au désordre numérique », produit par l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense et le CR2PA s’est terminé mi-janvier sur la plateforme FUN (France Université Numérique).

La première session s’était déroulée au premier trimestre 2015 ; elle comportait six semaines de cours et proposait deux parcours distincts (parcours Découverte et parcours Chef de projet). La deuxième session a été réaménagée en sept semaines et n’a conservé que le second parcours (Chef de projet) avec le même système d’attestation de suivi avec succès via FUN.

Qu’est-ce qu’une attestation de suivi avec succès via FUN ?

Chaque semaine de cours du MOOC « Bien archiver, la réponse au désordre numérique » est accompagné d’un quiz composé d’une quinzaine de questions à choix multiple. La correction des quiz est gérée automatiquement par la plateforme FUN qui calcule le nombre de bonnes réponses de chacun et permet de délivrer une « attestation de suivi avec succès » aux personnes qui ont atteint le seuil de bonnes réponses prédéfini par l’équipe pédagogique. Pour le MOOC « Bien archiver… », le nombre minimum de bonnes réponses exigées était de 60 sur 100 questions proposées, donc 60%.

Les attestations de suivi avec succès sont téléchargeables sur la page personnelle de chaque apprenant sur FUN (« Dashboard »).

Il convient de rappeler que l’attestation de suivi du MOOC n’est pas un diplôme, ni une certification mais une simple attestation de suivi avec succès du MOOC, dans la mesure où l’identité de l’apprenant n’a pas été vérifiée (le système est déclaratif) et où il n’y a pas d’examen en présentiel ou dans les conditions de surveillance d’un examen traditionnel (temps d’étude, temps passé pour la résolution des quiz).

Néanmoins, les résultats, justement parce qu’ils sont basés sur l’engagement volontaire des apprenants et la confiance, peuvent avoir de la valeur dans un CV.

Comment les apprenants du MOOC « Bien archiver, la réponse au désordre numérique » ont-ils été évalués ?

MOOC-imageL’évaluation des apprenants du MOOC « Bien Archiver, la réponse au désordre numérique » repose sur des quiz dont la correction est automatisée. La qualité de l’attestation est donc corrélée à la difficulté des quiz.

On dit que les QCM (questions à choix multiples) ne permettent pas d’évaluer réellement les apprenants. Nous nous inscrivons en faux contre cette affirmation car à partir du moment où les questions sont des phrases entières et non de simples mots, l’apprenant est obligé de réfléchir pour dégager la bonne réponse. Un heureux hasard pour 60 questions traitées à l’aveuglette reste théoriquement possible mais, encore une fois, l’inscription à ce MOOC étant volontaire, on veut supposer que les participants ont joué le jeu.

Pour la session 2 du MOOC, les 100 questions des quiz portaient tantôt sur une question de cours (exposé d’un concept), tantôt sur la comparaison de plusieurs éléments à analyser, tantôt sur l’exposé d’une situation professionnelle (simulation) requérant le choix de la bonne solution au problème. Un tiers des questions environ portait sur l’étude de cas filée tout au long du MOOC (le projet d’archivage managérial aux Serres d’Eupéa). Les réponses proposées (entre deux et neuf selon les questions) comportaient souvent une réponse assez facile à exclure pour l’apprenant sérieux tandis que les autres réponses étaient souvent assez proches les unes des autres ; il fallait donc s’appuyer sur le cours pour sélectionner la bonne réponse.

À ce jour, plus de 2000 personnes ont obtenu l’attestation pour ce MOOC auquel plus de 10000 personnes se sont inscrites.

Connaissances et compétences liées au MOOC

Les connaissances et compétences visées par ce MOOC « Bien archiver… » sont les suivantes.

Connaissances

  • notions de document, de données, d’information, de dossier ;
  • différences entre archivage managérial, archivage électronique, archivage logistique et archivage historique ; recouvrement et différence entre dématérialisation, archivage, gestion électronique de document, stockage, sauvegarde ;
  • caractéristiques techniques et juridiques liées au support papier et au support numérique ;
  • concepts fondamentaux de l’archivage managérial (équivalent français du records management), c’est-à-dire de cette partie de la gouvernance de l’information qui vise à maîtriser la production, la diffusion, la conservation et la destruction des documents qui engagent l’entreprise, à savoir : la qualification des documents, l’analyse du risque de non-disponibilité en temps différé, la capture dans un système sécurisé, la bonne articulation entre la règle et l’outil qui la gère, l’audit d’un système.

Compétences

  • capacité d’aborder la problématique de l’archivage par le bon bout dans l’ environnement numérique, c’est-à-dire par la valeur du document produit et l’analyse du risque de sa non-disponibilité dans le temps pour l’entreprise qui en assume la propriété ;
  • maîtrise des étapes du cycle de vie des documents (numériques ou non) qui engagent la responsabilité et des actions de préservation associées à chaque étape ;
  • identification des acteurs, des outils et des moyens nécessaires à la conduite d’un projet d’archivage managérial ;
  • évaluation du niveau de maturité de l’entreprise face aux enjeux du tsunami numérique.

En conclusion

Les titulaires de l’attestation de suivi avec succès du MOOC « Bien archiver : la réponse au désordre numérique » sont des hommes et des femmes qui ont eu la volonté de se former à cette démarche managériale de l’archivage, à son vocabulaire, à sa méthodologie, et qui ont écouté 3 heures et demie de cours et de témoignages de responsables de projet ou d’expert, qui ont lu plusieurs centaines de pages d’exposés et d’analyses sur le sujet. Le MOOC a exigé de chacun une moyenne de 3 heures hebdomadaires d’étude pendant 7 semaines.

Les quiz de la deuxième session qui étaient plus élaborés que ceux du parcours « Chef de projet » de la première session, ce qui n’enlève rien à la qualité des apprenants de la première session.

Une troisième session du MOOC devrait avoir lieu courant 2016. Le niveau des quiz sera équivalent à ceux de la session 2. Il n’est donc pas interdit aux lauréats de la session 1, voire la session 2, de s’inscrire à la session 3 pour refaire les quiz (les questions sont à chaque fois différentes).

1 réponse
  1. Omgbwa yasse says:

    Suis satisfait des informations, car nous sommes actuellement rassurés et nous savons à quoi nous voué s’il vient de justifier la valeur des attestations de fin de formation

    Répondre

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *