Archivage électronique : compte rendu du petit-déjeuner SOLLAN et EMC²

SOLLAN et EMC² ont organisé le 26 novembre 2015, un petit-déjeuner sur le thème « Archivage électronique : adopter une démarche transverse pour maîtriser ses coûts ». Voici le compte rendu de cette matinée, rédigé avec Nathalie MORAND-KHALIFA et Bernard OUILLON.

Sollan-EMC-CA

La question de l’archivage électronique a été d’emblée, abordée non pas en terme de solution technique mais en termes de process et de méthodologie : « l’archivage doit être pensé comme un projet propre avec une Politique définie et adaptée à l’environnement de l’entreprise ».
Cette approche a pu surprendre dans un premier temps certains participants car il est plutôt rare que l’archivage électronique soit représenté et expliqué comme le montre le schéma ci-dessous:

CR2PA-Sollan1

Le SAE n’est pas qu’un logiciel. Il faut aussi prendre en compte :


Ces pages sont réservées aux adhérents
:
:
Content Protected by SmartLogix

Saisissez votre nom et votre mot de passe

4 réponses
  1. François DELION says:

    Coffre-fort électronique et SAE :
    Là encore les confusions ont la vie belle. Je lis : « L’archivage probatoire peut-il coexister avec archivage non probatoire ? Oui car on peut utiliser un coffre-fort électronique dans un SAE. »
    Le rôle du SAE est de garantir la valeur probatoire d’une archive électronique. Sinon, ce n’est pas un SAE mais du stockage sécurisé qui ne garantit que la pérennité !
    Sur ce principe le coffre-fort est un composant facultatif du SAE. Son rôle est d’allouer un espace sécurisé au sein du SAE à une personne donnée sur la base d’un login/mot de passe. Une diapo de présentation de l’Imprimerie Nationale illustrait parfaitement cela. Je l’ai peut-être encore quelque part 🙂

    Répondre
  2. François DELION says:

    Définition du SAE :
    Mon expérience confirme que pour bon nombre d’acteurs, qu’ils soient clients ou fournisseurs, SAE = logiciel. Or, si le logiciel porte bien la charge de garantir l’authenticité et l’imputabilité d’une archive, reste à prouver qu’il réalise bien cette tâche. Cette preuve est apportée par les caractéristique de l’environnement dans lequel évolue le logiciel. Ainsi, un SAE = POLITIQUE (définit les exigences d’organisation, de ressources, d’infrastructures, de matériels et de logiciels) + ORGANISATION + RESSOURCES + INFRA + MATERIELS + LOGICIELS + DOCUMENTATION ASSOCIEE. J’ai une diapo de présentation de 2013 qui illustre bien mes propos que j’ajoute à mon commentaire:
    SAE Bouygues Telecom

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. CR2PA | Archivage électronique : compte rendu du petit-déjeuner SOLLAN et EMC² – Veille juridique dit :

    […] Sourced through Scoop.it from: blog.cr2pa.fr […]

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *