1ères Assises de la Confiance Numérique : aller de l’avant

La journée du 16 juin dernier à Bercy, consacrée aux enjeux de la confiance et de l’économie numérique a été une réussite.

Assises de la Confiance NumériqueMerci à la FNTC (Fédération des Tiers de Confiance) et à son président Alain Bobant pour cette initiative fédératrice et prestigieuse. La réunion dans un même lieu, sous le parrainage d’Axelle Lemaire, secrétaire d’État chargée du Numérique, d’un maximum d’acteurs de cette chaîne de valeur du numérique qui révolutionne notre quotidien personnel et professionnel, est tout un symbole.

Le tsunami numérique exacerbe les risques, pour les particuliers comme pour les entreprises. La réglementation certes existe, les technologies sont performantes et pourtant ça ne marche pas comme il faudrait!

Trop souvent, les entreprises n’ont pas conscience de la réalité numérique. D’un côté, le message des offreurs, aux stratégies disparates et diluées, manque cruellement de cohérence ; de l’autre, l’ expression de besoin est mal maîtrisée et les organisations, héritées de l’ère industrielle passée, s’avèrent inadaptées aux nouveaux risques de l’entreprise numérique « aux portes grandes ouvertes ». Par exemple, dans le cadre de l’archivage managérial, comment garder la main sur l’information à risque? Avec le numérique l’entreprise est agile, mais fragile! Désormais tous les collaborateurs sont impliqués et responsables de leurs gestes numériques. Les directions générales doivent accompagner la conduite du changement. C’est lorsque les règles du jeu sont bien définies et comprises par tous acteurs, que les outils peuvent donner le meilleur d’eux-mêmes.

carré prise de conscience

Le CR2PA, club d’utilisateurs, rappelle régulièrement, la nécessaire prise de conscience du management  pour relever les défis de demain. Jérôme Thuez, responsable Valorisation & Gestion de l’Information de TOTAL – Exploration & Production, qui représentait le CR2PA à la table ronde sur « le développement d’une filière industrielle d’excellence », l’a bien souligné.

L’entreprise doit entrer dans l’ère du numérique avec conviction en s’assurant de disposer de collaborateurs bons professionnels, conscients des enjeux, des risques et des atouts de cette nouvelle économie. Sans une expression claire des donneurs d’ordre, l’offre des acteurs du numérique rencontrera difficilement la confiance attendue.

Le numérique occupe désormais tout l’espace professionnel et privé, sachons en retirer le meilleur, chacun dans son rôle, au regard de ses exigences, de ses contraintes, mais aussi de ses nouvelles opportunités. Nous aurons alors un espace de confiance efficace et rentable pour toutes les parties.

À nous tous, comme l’a souligné le président Alain Bobant, de réussir collectivement « un numérique fiable, serein et attractif ».

2 réponses
  1. Bernard Ouillon says:

    Cette première journée des assises de la confiance numérique a permis de rassembler des professionnels et des politiques acteurs de la transformation numérique des entreprises.

    Parmi les interventions pertinentes allant dans le sens de développer un véritable espace de la confiance numérique, je retiendrai particulièrement une intervention du Président de Gemalto, Olivier Piou. Elle ne laisse pas indifférente.

    Quelques éléments clefs de son lancement de l’après-midi donnent la coloration de son intervention :
    • C’est collectivement dans cette salle que nous aurons les solutions.
    • Numérique doit rimer avec éthique en attirant l’attention sur les modes de pensées et la différence de culture entre les USA et l’Europe. Les actualités récentes avec Snowden ont interpellé le monde.
    • Nous disposons d’un modèle présentant des atouts mais….saurons nous les transformer.

    Olivier Piou indique les écueils à éviter au niveau européen comme entre autres les débats éternels, le perfectionnisme, l’orgueil de tout vouloir réinventer.

    Il résume sa pensée par les expressions suivantes porteuses de sens :
    • « L’orgueil de tout vouloir réinventer, tuent l’action et menacent notre leadership »,
    • « Keep it simple and smart »,
    • « L’homme devrait mettre autant d’ardeur à simplifier sa vie qu’il en met à la compliquer (Bergson) ».

    A noter une intervention surprise de Michel Sapin, notre Ministre des Finances et des Comptes Publics sur la « nécessité de retrouver notre confiance » et de » savoir s’adapter dans un univers rapide et réactif ».

    Une conclusion en termes de perspectives de la Secrétaire d’Etat au numérique Axelle Lemaire allant du nécessaire développement de la confiance en lien avec la transparence aussi bien pour tous les utilisateurs que par les différents opérateurs. La mise en œuvre d’une culture du numérique par l’éducation sans oublier les évolutions et les enjeux européens et mondiaux qui attendent nos entreprise et nos citoyens permettent d’élargir l’impact de ces premières assises.

    Répondre
  2. Marie-Anne CHABIN says:

    Je m’associe aux compliments, à l’analyse et aux souhaits formulés par Richard CAZENEUVE. De mon côté, j’ai creusé plus particulièrement la question des signes positifs en faveur d’une construction efficace du monde numérique en France et en Europe. J’en ai tiré une liste de sept points, que j’ai publié ici : http://marieannechabin.blog.lemonde.fr/2014/06/23/les-1eres-assisses-de-la-confiance-numerique-a-bercy-signaux-encourageants/

    Répondre

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *