Table ronde le 11 octobre sur le stockage numérique

La prochaine séance plénière du CR2PA aura lieu:

le 11 octobre 2012 après-midi chez Sanofi.

« Le stockage numérique pas cher : mythe ou réalité ? »

Avec la participation de :

Emmanuelle OLIVIÉ-PAUL, directrice associée du cabinet d’études Markess

Gilles GARLÈS, architecte applicatif chez Sanofi

Daniel STEVENIN, inspecteur général de RTE, président de l’AFOPE

Dominique SAHLER, expert Architecture stockage numérique Groupe PSA Peugeot Citroën

Débat animé par Philippe GIORGI, directeur de la gestion de la  connaissance et de la conservation des données de Bouygues Telecom.

La relation coût du stockage/volume de données : des études (américaines) montrent qu’entre 2000 et 2010, le coût du disque a été divisé par 100 mais que, dans le même temps, le volume des données a été multiplié par 44 et que l’accroissement annuel des données est de l’ordre de 50 à 60%. Qu’en est-il aujourd’hui en France ? Le volume des données peut-il raisonnablement continuer à croître ? Peut-on raisonnablement envisager de le réguler ? Quelle est votre expérience et votre réaction face à ces chiffres ?

Le stockage « vert » : les mêmes études indiquent que le fonctionnement de l’infrastructure Web en 2006 aux États-Unis équivaut  à la production de 15 centrales à charbon. L’argument écologique peut-il, doit-il entrer en ligne de compte dans la politique de gestion de l’information ? Va-t-on passer du disclaimer « N’imprimez ce message que si nécessaire, pensez à l’environnement ! » au pop-up « Ne stockez ce fichier que si nécessaire, pensez à l’environnement ! » ? Existe-t-il des économies d’énergie spécifiques à l’archivage numérique ?

Payer plus pour risquer plus ? Le stockage sans limite des volumes et sans contrôle des contenus stockés accroît mathématiquement le risque que des données  périmées, déformées, toxiques… soient réutilisées contre les intérêts de l’entreprise. D’un côté, la « sur-conservation » peut suggérer certaines questions à un auditeur…  De l’autre, la destruction coûte cher  et est parfois obligatoire (données personnelles). L’entreprise peut-elle sciemment prendre ce risque et s’exposer à la « double peine » (payer le stockage et payer la non-destruction) ? En quoi les risques et les coûts de stockage numérique sont-ils plus importants que pour le stockage papier ?

Rôles respectifs de l’homme et de la machine : le bon sens voudrait qu’on détruise ce qui est inutile ou périmé. Mais comment faire si les données ne sont pas qualifiées, surtout si ces données ne sont pas structurées (bureautique, messagerie) ? La qualité des données archivées repose essentiellement sur la connaissance métier et la responsabilisation des collaborateurs. Comment optimiser l’utilisation des outils pour aller dans le bon sens : capture des données structurées en temps réel, extraction automatique de métadonnées contrôle des formats, indexation full texte… ?

Programme

14h -14h30 – Accueil

14h30 -15h15 : présentation du projet d’archivage de Sanofi, par Olivier de BOISBOISSEL et Marie BESSARD

15h15 – 16h30 : table ronde et débat : « Le stockage numérique pas cher : mythe ou réalité ? » (voir ci-dessus).

16h30 – 17h : actualités du Club

17h : collation

Inscription (obligatoire) et renseignements : inscriptions@cr2pa.fr

Lieu : Sanofi, à Gentilly (94) – 9, rue du Président Allende